Région Réunion

Accueil > Environnement > Les autorisations environnementales du chantier NRL

Les autorisations environnementales du chantier NRL

10 avril 2018

Les autorisations environnementales obtenues par le projet sont les suivantes :

- Arrêté « Loi sur l’eau » - le 25 octobre 2013 : acte portant autorisation au titre du code de l’environnement des travaux de NRL sur les communes de Saint-Denis et de La Possession. voir le document

- Autorisation ministérielle pour le Grand Dauphin Commun – le 19 décembre 2013 : acte autorisant la Région réunion à déroger aux interdictions de destruction, altération ou dégradation de sites de reproduction ou d’aires de repos du Grand Dauphin commun (Tursiops truncatus) voir le document

- Autorisation préfectorale pour les autres espèces – le 20 décembre 2013  : acte portant autorisation à la Région réunion de déroger à une interdiction prévue à l’article L. 411.2 du code de l’environnement portant sur les espèces protégées de cétacés (sauf Grand Dauphin commun), de tortues marines, d’insectes, de reptiles et d’oiseaux. voir le document


Ces autorisations reprennent et complètent les propositions de la Région pour éviter, réduire et compenser les impacts du projet sur les espèces et le milieu naturel.

Dans le cadre de la démarche éviter – réduire – compenser menée sur le chantier Nouvelle Route du Littoral, un certain nombre de mesures ont été définies.

En premier lieu, des mesures d’évitement des impacts du projet sur l’environnement ont été définies au stade de la phase PROJET par EGIS, Maître d’œuvre de la NRL. Ces mesures sont principalement l’implantation des piles du viaduc hors zones à substrat dur favorables aux coraux et la réduction de la vitesse de 100 km/h à 90km/h pour réduire les emprises sur le milieu marin et éviter des emprises directes sur le banc des Lataniers.

Ces mesures d’évitement ont été complétées par des mesures de réduction des impacts sur l’environnement. Elles font l’objet de prescriptions dans les marchés de travaux des entreprises et concernent par exemple pour les biocénoses marines, le balisage des zones sensibles avant les premiers travaux maritimes et la maîtrise de la qualité de l’eau (bassins de décantation au droit des travaux de digues (distance du front d’avancement), arrêt des opérations dès que la concentration de MES dépasse 50mg/l aux zones sensibles de la Pointe du Gouffre et du Banc des Lataniers, essais de corrélation entre turbidité et MES).

Après l’évitement et la réduction, vient le suivi qui est mis en œuvre au travers des marchés de contrôles extérieurs et de suivis environnementaux. Ces marchés de contrôles extérieurs concernent des contrôles des bétons, des ouvrages d’arts, bathymétriques, environnementaux généraux et relatifs à l’acoustique sous-marine et la détection de mammifères marins ainsi que des sondages géotechniques. Le suivi concerne également les mammifères marins et les tortues marines, les biocénoses marines, la faune et la flore terrestres ;

La définition de toutes ces mesures se terminent par l’établissement d’un programme de mesures d’accompagnement et de compensation proportionnel aux impacts résiduels prévisionnels envisagés.

La Région Réunion s’est engagée par ailleurs à mettre en œuvre des procédures opérationnelles de gestion des échouages de mammifères marins et d’oiseaux marins, pour renforcer les mesures de réduction des impacts déjà prises par ailleurs.

Photos

Documents joints